Mode de vie zéro-déchet, végétarien, fait-maison, 100% bio ou comment être écolo fait faire des économies

Mode de vie zéro-déchet, végétarien, fait-maison, 100% bio ou comment être écolo fait faire des économies

Cela fait depuis la fin du mois d’août que je n’ai pas publié par ici et c’est tout bonnement scandaleux !

En 2019, je publierai plus sur ce blog. Je suis hyper-active en stories Instagram mais une fois posté, le contenu ne m’appartient plus et son éphémérité est certes un atout mais aussi un réel frein au partage pérenne. Je vais donc essayer de publier d’avantage sur le blog, pour reprendre le contrôle sur mon contenu, que les personnes qui ne sont pas sur Instagram puissent éventuellement en profiter et que les moteurs de recherche fassent leur travail de référencement 🙂

Bref, je m’égare.

Cela faisait des mois que je devais poster cet article mais le travail, les projets perso, etc. ont pris le pas sur ma régularité ici et je m’en excuse. Je n’ai reçu aucune plainte ça n’a donc pas l’air de vous avoir dérangé.e et c’est tant mieux ! 😉

Comme vous le savez probablement, cela fait désormais 4 ans que nous sommes passés à un mode de vie “écolo” : végétarien, avec le plus de fait-maison possible, 100% bio (ou quasi) et qui tend vers le zéro-déchet (liste non exhaustive mais ça me parait déjà pas mal :P).

Je ne vais pas revenir sur la nécessité d’adopter un mode de vie beaucoup plus écologique aujourd’hui (ça pourra éventuellement faire l’objet d’un article), vous avez difficilement pu rater les articles réalistes (et non alarmistes) sur le réchauffement climatique désastreux en cours, l’extinction de la biodiversité, etc. ces derniers mois.

Depuis 4 ans, j’entends très régulièrement des remarques / a priori concernant le coût élevé d’adopter un mode de vie plus écologique ou l’achat de produits bio. Et si vous prônez l’écologie autour de vous, vous avez probablement été confronté.e à la même défiance ! L’image complètement erronée du “bobo écolo” a malheureusement encore de beaux jours devant elle…

(Mon avis sur l’utilisation du terme “bobo écolo” (vous ne me l’avez pas demandé mais je vous le donne quand même héhéhé) : elle permet de stigmatiser une tranche de la population qui essaie de changer et d’aller dans le bon sens pour éviter de remettre en question ses propres habitudes. Je ne vais pas me faire des ami.e.s mais je m’en moque un peu, soyez rassuré.e ! ;))

Adopter un mode de vie plus écologique : une démarche globale 

Adopter un mode de vie plus écolo demande une démarche holistique. Tendre vers le zéro-déchet ou manger bio, oui, mais cela n’a de sens que si on essaie de réduire son impact et son empreinte carbone sur d’autres aspects (même si réduire ses déchets ou manger bio est un pas de géant, évidemment !) : réduire sa consommation de produits d’origine animale, consommer moins et mieux, arrêter la fast-fashion, privilégier le seconde main, revoir sa mobilité et sa façon de voyager, envisager de changer de fournisseur d’énergie pour passer au “vert”, privilégier une banque éthique, baisser son activité numérique, etc. Certains éléments sont beaucoup plus faciles à mettre en place que d’autres et personne n’est parfait (j’ai moi même beaucoup d’efforts à faire sur mes déplacements en voiture et je dois changer de banque !).

Mais croire qu’être écolo coûte cher est une grossière erreur. Au contraire, adopter un mode de vie plus écologique peut vous faire économiser beaucoup d’argent. À condition de revoir sa façon de vivre d’une manière globale.

Exemples :

  • si vous continuez à acheter la même quantité de vêtements neufs et éthiques qu’en fast-fashion, en effet, même un bon salaire ne suffira pas.
  • si vous transposez exactement le même panier de courses en supermarché en achats bio, la différence de prix sera probablement importante au détriment de votre porte-feuilles.

En revanche, si vous réduisez votre consommation de produits d’origine animale, achetez des vêtements / objets de seconde main (sur le Bon Coin, en friperie ou sur Vinted par exemple), réduisez la quantité de cosmétiques achetés, faites davantage de choses vous même tout en privilégiant les magasins bio, marché /  producteurs locaux, vous pouvez économiser au bas mot plusieurs centaines d’euros par mois. Tout ça en faisant du bien à la planète, à la biodiversité et en vous faisant du bien à vous (à votre santé mentale et physique #truestory).

Tout est une question d’équilibre et tendre vers le zéro-déchet ou le bio n’est pas une fin en soi, même si c’est un objectif louable ! (J’envisage l’écriture d’un article expliquant d’ailleurs pourquoi j’ai relâché un peu la pression concernant le zéro-déchet.)

Un constat au passage : lors de ma dernière visite éclair en grande surface (alors que je n’y avais pas mis les pieds depuis quasiment 2 ans), j’ai été très surprise de constater que les produits bio étaient souvent plus chers que la bio en magasins bio plus éthiques type Biocoop. S’il vous fallait une preuve supplémentaire de fuir les supermarchés, la voici 🙂

 

Tableau récapitulatif et impact sur le budget

Il y a quasiment 2 ans, j’ai souhaité connaître véritablement l’impact de notre changement de mode de vie sur notre budget. Car même si adopter un mode de vie qui tend vers le zéro-déchet et plus frugal a inévitablement un impact positif sur l’environnement, savoir si cela nous coûtait plus cher me semblait important. Pour nous, certes, mais aussi pour avoir des arguments rationnels et factuels à disposition aux personnes qui voient nécessairement l’écologie comme un problème de riches (ce qui est quand même un peu le cas, on ne va pas se mentir).

Tout le monde doit changer radicalement de mode de vie si l’on souhaite vieillir sur cette planète sans suffoquer et si l’on souhaite laisser une planète vivable aux générations futures. Je suis convaincue que s’il y a bien un argument qui pèse et qui concerne absolument tout le monde, c’est le budget. Donc si je pouvais prouver qu’être écolo allège le porte-feuilles, je mettais toutes les chances de mon côté pour convaincre les plus réticents 😉

Pour évaluer l’impact budgétaire de nos “actions” mises en place ces 4 dernières années, j’ai réalisé un tableau récapitulatif que vous trouverez ci-dessous.

Les données synthétisées dans ce tableau représentent NOTRE mode de vie et les économies que NOUS réalisons dans notre foyer constitué de deux personnes (et d’un p’tit chien trop chou hihi). Je ne force personne à faire comme nous, je souhaite seulement montrer que l’écologie rime avec économies (et avec joie, mais ça c’est une autre histoire ;)).

C’est un tableau sans prétention, il est évidemment imparfait (qui ne l’est pas ?) et incomplet mais permet de montrer qu’on peut être écolo et faire des économies, loin de l’image du bobo écolo que les détracteurs.rices aiment nous montrer.

Dans ce tableau, vous trouverez donc les prix des produits ménagers, cosmétiques, alimentation, etc. “traditionnels”, les prix de leurs alternatives bio, le coût de leur fabrication maison inspiré du mode de vie zéro-déchet ainsi que les liens pour pouvoir les réaliser vous même. 

Je vous spoile volontairement :

Nous économisons plus de 2000 euros chaque année (soit environ 200 euros par mois) grâce à notre mode de vie plus respectueux de l’environnement.

 

Comme vous pourrez le constater, devenir végétariens constitue la source principale d’économies de ce tableau. Car oui, manger de la viande et du poisson coûte cher, encore plus lorsque l’on souhaite privilégier les artisans bouchers / poissonniers de proximité. Et peut-on vouloir écologiser (?) son mode de vie sans réduire sa consommation de produits d’origine animale ? Désolée pour ceux qui ne veulent pas changer : non, mais c’est un autre débat 😉

 

Edit : quelques lecteur.rice.s m’ont demandé comment nous faisions pour avoir un budget alimentaire 100% bio si réduit.

Voici quelques éléments de réponse :

  • En suivant la démarche zéro-déchet, j’achète énormément d’aliments en vrac, plus souvent beaucoup moins chers que les aliments emballés.
  • Je ne grignote pas, ou alors des fruits ou des fruits secs. Pas de biscuits, etc.
  • J’achète seulement des fruits et légumes de saison, achète local au maximum (je n’achète quasiment rien provenant de l’extérieur de l’Europe) et achète les fruits et légumes les moins chers. Et je n’ai pas l’impression de me priver de quoi que ce soit, rassurez-vous.
  • J’achète peu de produits laitiers, qui représentent un coût important en bio.
  • Je cuisine beaucoup, réalise donc beaucoup de choses moi-même et travaille exclusivement des produits bruts en cuisine. Cela prend évidemment plus de temps que d’acheter des produits transformés mais c’est pour moi une source de plaisir et de satisfaction, en plus d’être économique.
  • Je cuisine en grande quantité. Je ne pratique pas le batch cooking (préparer tous ses plats en avance pour la semaine) mais je cuisine un soir sur 2 pour avoir plusieurs repas pour 2 afin que l’on puisse manger midi et soir. Cela ne me dérange pas de manger plusieurs fois le même repas dans la semaine puisque c’est bon !
  • Je pratique parfois “la semaine sans courses”, pour vider les stocks de produits en vrac secs / conserves de mes placards.

 

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture, j’espère que ce tableau pourra vous servir à convaincre les réfractaires autour de vous ou qu’il vous servira à adopter quelques gestes plus écologiques au quotidien 🙂

L’intégration du tableau ne permettant pas une lisibilité optimale, voici le lien direct afin que vous puissiez le consulter plus facilement ! 

Que faire de l’argent que vous économisez ?

Loin de moi l’idée de vous dire quoi faire de votre argent mais je peux tout de même vous suggérer quelques idées (ça mange pas de pain) pour bien utiliser l’argent que vous économisez grâce à la frugalité / l’écologie :

  • Epargner pour financer des projets personnels, évidemment !
  • Profiter des économies réalisées pour financer des projets à impact positif, des entreprises ou des ONG dont les causes ou actions vous tiennent à coeur
  • Financer des projets écologiques au sein de votre foyer : rénovation, isolation, changer de fournisseur d’énergie pour passer à l’énergie verte, achat de mangeoires ou de plantes mellifères pour votre jardin, financement d’une pompe à chaleur…

Ce n’est pas forcément la logique des vases communicants mais ici on est passés par exemple passés chez Ekwateur pour le gaz et l’électricité 🙂

 

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu, si oui, n’hésitez pas à le partager autour de vous et plus encore 😉

Written by

Bénédicte

30 ans. J'aime cuisiner, faire des gâteaux, boire de la bière, les crêpes, voyager, jardiner, chanter les chansons de Sufjan Stevens en yaourt et mon chien. Et toi ?

Comments

2 Comments
  1. posted by
    Virgreenie
    Fév 18, 2019 Reply

    Super article !

  2. posted by
    Ptitemandarine.0o
    Fév 19, 2019 Reply

    Bravo pour ton article et pour avoir eu la patience de créer un budget ! Je sais et je vois que je fais des économies mais je n’aurais pas eu la patience de tout calculer ! 😉

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *