Road-trip en camping-car en Californie : Big Sur et la mythique Highway 1 ! 🌊❤️

Road-trip en camping-car en Californie : Big Sur et la mythique Highway 1 ! 🌊❤️

Après Channel Islands National Park et Morro Bay, c’est déjà le dernier récit de notre road-trip en camping car en Californie… mais pas des moindres (le meilleur pour la fin), puisque nous voici enfin en direction de Big Sur, dernière étape de notre séjour !

Big Sur et cette portion de la célèbre Highway 1 était sans aucun doute l’étape que nous attendions le plus avec Yosemite National Park. Mais nous n’avions quasiment pas vu de photos de Big Sur avant (alors qu’il est difficile d’éviter celles de Yosemite), la surprise fut donc de taille !

Qu’est-ce que que Big Sur ? 

Big Sur n’est pas une ville… Big Sur est le nom donné à une partie de la côte californienne entre Carmel-by-the-Sea et San Simeon / Hearst Castle représentant environ 140km.

140 km de vagues déchainées, d’Océan Pacifique, de falaises abruptes et brumeuses, de montagnes verdoyantes et de route absolument magique (la route traversant Big Sur est d’ailleurs probablement une des plus belles routes du monde). Pour ceux qui connaissent la beauté du Finistère, imaginez la côte finistérienne puissance 10 sur une route qui n’en finit pas. Un spectacle permanent et une expérience hors du commun, vraiment.

Comme vous le savez peut-être, la beauté de Big Sur a été immortalisée dans les oeuvres de Henri Miller et Jack Kerouac. Si vous désirez faire connaissance avec ces paysages grandioses, vous pouvez lire Big Sur de Jack Kerouac, Big Sur et les oranges de Jérôme Bosch d’Henry Miller ou encore La Promesse de l’aube de l’immense Romain Gary.

S’organiser avant Big Sur

Big Sur n’étant ni une ville, ni un hameau comptant une quelconque station essence mais étant pour autant très prisé des touristes, une étape à Big Sur s’organise (d’autant plus qu’une portion de la Highway 1 est fermée pour travaux).

Accéder à Big Sur malgré la destruction du pont Pfeiffer Canyon Bridge 

⚠️Mauvaise nouvelle pour ceux qui souhaitaient découvrir Big Sur en suivant la Highway 1 : la route est désormais coupée en 3 en raison de la destruction du Pfeiffer Canyon Bridge et de coulées de boue qui ont enseveli une partie de la Highway 1.

De nombreuses zones de Big Sur sont néanmoins accessibles et vous permettront de profiter de panoramas qui ont rendu le site célèbre. Pour tout savoir des itinéraires alternatifs, consultez cet article très bien fait de l’office de tourisme de Californie. 

L’hébergement à Big Sur 🏕️

Nous avons choisi d’y passer 2 jours et demi afin de profiter à fond de notre dernière étape californienne. Mais Big Sur ne compte que quelques hébergements et encore moins de RV campground (camping avec emplacements pour camping-car), les places sont donc chères et les réservations s’effectuent minimum 6 mois à l’avance en saison, 2 mois à l’avance hors-saison.

Nous avons eu une chance de dingue lors de la préparation de notre voyage : il y avait une place pour camping-car pour 2 nuits au Fernwood Campground.

Ce campground offre une localisation exceptionnelle au coeur de Big Sur, un cadre extra au bord de la rivière, et un bar / resto / superette super cool dont on a aimé squatter la terrrasse. Le prix par nuitée de 80$ peut paraître élevé pour un simple emplacement de camping-car mais vous ne le regretterez pas. (À noter que vous pouvez être à deux véhicules sur un seul emplacement, pas bête pour faire des économies si vous partez en trip à plusieurs véhicules). Fernwood propose aussi des lodges qui ont l’air très mignons (mais chers).

(Ici, Antoine donne tout pour augmenter le traffic du blog. Si cet article fait 1 000 000 de likes sur Facebook, il enlève le bas.)

Sinon, les campings de Pfeiffer State Park et de Julia Pfeiffer Burns State Park ont l’air géniaux mais sont généralement pris d’assaut en raison de leur tarifs et leurs localisations avantageuses. N’hésitez pas à consulter le site web de Reserve California pour checker les disponibilités ! 

Faites le plein d’essence ! 

Il y a, dans mes souvenirs, une seule station essence à Big Sur. Veillez donc à faire le plein avant d’entrer dans le parc afin d’éviter la queue et un tarif prohibitif. Ne faites pas comme nous, n’attendez pas la dernière station avant Big Sur car les prix y sont également faramineux (à Cambria notamment).

Maintenant que vous savez (presque) tout sur Big Sur, passons à notre récit ! (Petite précision : nous avons fait le choix de ne pas visiter le Hearst Castle, Antoine l’avait visité lors d’un précédent voyage et sa description du lieu ne m’avait pas donné du tout envie d’y passer du temps au détriment de Big Sur… et je pense qu’on a fait le bon choix !)

 

Les éléphants de mer de Piedras Blancas, San Simeon

Avant d’atteindre réellement Big Sur, un arrêt au point d’observation des éléphants de mer, situé à une petite dizaine de kilomètres au nord du Hearst Castle, est incontournable. En période d’observation, vous repèrerez sans doute le site à son odeur… Je vous laisse imaginer l’odeur de quelques centaines d’éléphants de mer qui se font délicatement rôtir au soleil pendant des heures 😷

Les éléphants de mer sont des animaux très impressionnants (non seulement à cause de leur odeur), les mâles peuvent faire jusqu’à 5 mètres de long… La colonie de Piedras Blancas atteint aujourd’hui 17 000 éléphants de mer, qui rejoignent les plages deux fois par an our s’y reproduire, muer, se battre, ou tout simplement de rien faire… (en l’occurence, nous les avons vu principalement ne rien faire :D).

Bref, c’est toujours chouette de faire connaissance avec un nouvel animal et de pouvoir les approcher d’aussi près dans leur environnement naturel. Ce serait vraiment bête de ne pas d’arrêter à ce point d’observation si vous êtes sur la Highway 1 !

Infos pratiques :

L’accès au site est évidemment gratuit et comptez une grosse demie-heure pour observer les éléphants de mer. Les périodes idéales d’observation : de décembre à avril et le mois d’octobre.

Big Sur : simplement WAHOU 😍

De la démesure, des paysages époustouflants à n’en plus finir, la brume qui s’engouffre dans les collines, les vagues du Pacifique qui s’écrasent contre les falaises déchiquetées…⛰️🌊

Big Sur tient ses promesses, les surpasse et on aime ça. On voudrait emprunter cette route tous les jours de notre vie et y voir défiler les saisons. Bref, deux jours magiques

Nous avons arpenté cette portion de la Highway 1 deux fois, parce qu’une fois ne suffisait clairement pas et qu’on voulait s’assurer d’avoir inspiré l’air iodé de Big Sur à fond. Nous nous sommes arrêtés dès qu’on le pouvait avec notre camping-car et avons pu déjeuner devant des panoramas de dingues. (Vous la sentez l’envie d’y retourner ?)

Conseils pratiques :

⚠️Attention car les “vista points” (zones d’arrêts au bord de la route) sont assez peu nombreux et sont souvent bondés. D’où l’intérêt de pratiquer la route 2 fois à différentes heures de la journée… Deuxième précision : vous ne pourrez pas vous garer n’importe où au bord de la route, les vista points sont prévus pour offrir quelques places de stationnement à certains panoramas iconiques au bord de la route, mais il est bien souvent impossible de se garer en dehors de ces zones d’arrêt…

Points de vue à ne pas manquer à Big Sur (dont nous connaissons l’existence et les noms :P) :

  • Julia Pfeiffer Burns State Park et sa célèbre McWay Falls : le point de vue inratable. Paradisiaque. (préférez une visite l’après-midi, nous y avons été le matin et la luminosité n’était pas idéale sur la McWay Falls)
  • Pfeiffer Big State Beach (que nous n’avons malheureusement pas pu aller voir car il n’y avait plus de place de stationnement)
  • Partington Cove
  • Point Sur State Historic Park

Malgré sa notoriété, le point de vue sur le Bixby Bridge est quasiment celui qui nous a le plus déçu. Une galère sans nom pour pouvoir y faire un stop, des centaines de touristes à perche à selfies… Si vous êtes à Big Sur, un stop au Bixby Bridge ne vous laissera sans doute pas un souvenir impérissable donc vous pouvez très bien passer votre chemin pour privilégier un des autres points de vue ! 🙂

(Note à Béné : je vous ai fait une sélection de photos aussi restreinte que possible et ce fut un vrai calvaire…)

L’allégorie de la beauté, tout simplement. (et nos photos ne font clairement pas honneur à la majestuosité des paysages)

Carmel-By-The-Sea, c’est beau mais c’est chiant ! 

Cette ville qui clôture Big Sur est assez étonnante : vous pouvez chercher la moindre de trace d’imperfection, vous n’en trouverez pas. Carmel-By-The-Sea est un savant mélange de charme et d’intolérance, d’extrême beauté et d’un insupportable entre-soi. Bref, nous avons seulement pu traverser la ville rapidement puisque les camping-cars et tous les “oversize vehicles” n’ont tout simplement pas le droit d’y stationner…

Notre rapide traversée de la Carmel-By-The-Sea nous a permis de découvrir une jolie petite ville résidentielle où les villas absolument indécentes (la moindre petite maison à Carmel-By-The-Sea vaut minimum 900 000$) sont légion mais la Californie c’est aussi (surtout ?) ça… alors on jette un coup d’oeil aux villas donnant sur le Pacifique depuis notre camping-car sans pouvoir nous arrêter, on râle quelques secondes et on retourne à Big Sur pour déjeuner face à l’océan et passer la soirée au bord du feu de camp à contempler nos photos de la côte Pacifique. En fait, Carmel, c’est tellement surfait ! 😉

Pacific Grove : le royaume des monarques

Après ces 2 jours incroyables sur la Highway 1, voici déjà notre dernier jour de road-trip en camping-car en Californie et on compte bien en profiter à fond.

Avant de faire route vers Santa Cruz puis San Francisco pour clôturer notre voyage, nous voici en direction de Pacific Grove pour nous rendre au Monarch Sanctuary, un parc de Pacific Grove qui accueille les célèbres papillons monarques pendant leur migration. Ce qui vaut d’ailleurs à la ville d’être également surnommée “Butterfly Town” aux Etats-Unis (ce qui est plutôt classe, avouons-le).

Les papillons monarques fuient les températures peu reluisantes des Rocheuses pour trouver refuge sur les pins, cyprès et eucalyptus du sanctuaire de Pacific Grove à partir du mois d’octobre. Et le hasard faisant parfois bien les choses… nous étions fin octobre ! Nous avons donc pu admirer quelques centaines de monarques prendre possession de leur habitat temporaire. Les monarques n’étaient pas très nombreux puisqu’ils arrivaient petit à petit mais en voir d’aussi près fut très chouette !

Nous avons vu et découvert des choses sublimes pendant ces 2 semaines, mais une activité culturelle américaine manquait à l’appel : LE GRAS. Et c’est dans cette adorable ville que nos envies de brunch à l’américaine vont être assouvies, et plus précisément chez Crema, une excellente adresse au coeur de Pacific Grove.  Cette pause oeufs Bénédicte (J’ai un plat de ouf à mon (pré)nom, HATERZ GONNA HATE 👩‍🍳) nous a permis de compenser nos 2 semaines de repas un peu trop sains pour un voyage en Amérique du Nord, nous voilà donc comblés.

Comme beaucoup de villes de la côte Pacifique californienne, Pacific Grove est une ville très aisée et qui dit ville aisée, dit évidemment… antiquaires ! Si vous aimez les antiquités, je vous recommande chaudement Pickings Antiques, en face de Crema. La boutique est sublime.

Un passage éclair sur l’Ocean View Boulevard et son magnifique chemin côtier qui nous fait regretter de ne pas passer quelques heures de plus à Pacific Grove…

Et voilà, notre road-trip en camping en Californie touche déjà à sa fin… 2 semaines et demie extraordinaires, 1667 miles (soit près de 2700 kilomètres), une diversité de paysages incroyables, une faune et une flore extrêmement riches, des parcs nationaux aussi beaux qu’immenses… Bref, encore mieux que ce que nous pouvions imaginer !  

Merci infiniment à Authentik USA de nous avoir prêté le camping-car et fourni des conseils précieux lors de la préparation de notre road-trip. Je vous recommande vivement cette agence et ses conseillers pour réserver votre camping-car ou vous aider à organiser votre voyage… Vous ne serez pas déçu, croyez-moi !

2700 km riches en émotions, longs parfois (on ne va pas se mentir) mais grandioses le plus souvent. Le road-trip en Californie est définitivement un voyage que l’on doit faire une fois dans sa vie et le faire en camping-car a ajouté une couche supplémentaire de kiff à ce super voyage. Traverser un des états le plus iconiques des Etats-Unis dans une maison sur roues, c’est vraiment le pied ! 🙂

 

Si je ne devais garder qu’un moment (ok, deux moments) de ce road-trip en Californie ? 

  • Les baleines et dauphins qui débarquent par surprise alors que nous étions sur le bateau en direction de Channel Islands National Park. (Antoine vous répondrait surement : “voir un ourson au bord de la route à Yosemite” et on peut le comprendre !)
  • L’arrêt déjeuner dans le camping-car au bord d’une des falaises escarpées de Big Sur… De la beauté comme jamais, pfiouuuuu.

Un regret ? Deux regrets ? 

  • Ne pas être restés quelques jours supplémentaires pour pousser jusque dans la Death Valley et faire une nuit à Las Vegas, voire une semaine de plus pour aller jusqu’au Grand Canyon
  • Avoir passé du temps à rejoindre Los Angeles alors que la ville ne nous a pas convaincus

En tout cas, j’espère que les récits et photos de ce voyage vous ont plu autant que nous avons adoré arpenter les routes de Californie ! ❤️

 

Un petit récap’ de nos articles si vous les avez râtés :

Enfin, si un voyage comme le nôtre vous tente, n’hésitez pas à consulter nos conseils pour bien préparer votre road-trip en camping en Californie !

À très vite pour un prochain road-trip ! (les prochains se feront probablement avec notre propre camion aménagé #teasing)

Written by

Bénédicte

29 ans. J'aime cuisiner, faire des gâteaux, boire de la bière, les crêpes, voyager, jardiner, chanter les chansons de Sufjan Stevens en yaourt et mon chien. Et toi ?

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *