Road-trip en camping-car en Californie : Los Angeles ou la journée du fail

Road-trip en camping-car en Californie : Los Angeles ou la journée du fail

Après nos 2 jours en pleine nature à Sequoia National Park, nous reprenons la route en direction du littoral ouest et plus précisément de Los Angeles, toujours accompagnés de notre camping-car Authentik USA.

La journée pour rejoindre Los Angeles a été assez relou, ne mâchons pas nos mots. Il n’y a aucune étape sympa à faire entre Sequoia National Park et Los Angeles (et c’est un euphémisme) et nous avons du rouler entre 6h et 7h pour rejoindre la cité des anges.

Pour que vous en ayez pour votre argent, j’ai décidé de vous raconter en toute franchise cette journée de la lose. Je sais que vous n’êtes pas habitué à l’échec sur cette blogosphère voyages où tout est beau et merveilleux. Mais oui, ça arrive de passer des journées moisies en vacances et celle-ci en était clairement une, la palme d’or revenant tout de même à notre journée de l’enfer (et du vomi) en Thaïlande (dont les plus fidèles d’entre vous se souviendront peut-être).

Lors d’un road-trip en Californie, il est assez fréquent de rejoindre la Death Valley depuis Sequoia National Park ou Yosemite mais la traversée de la Death Valley n’est pas encouragée en camping-car (la chaleur extrême peut endommager le moteur #mécanique) et nos 2 semaines et demi sur place ne suffisaient pas à prévoir une étape supplémentaire, au risque de sacrifier la remontée de la Highway 1, ce qui était tout simplement HORS DE QUESTION (NO FUCKING WAY comme diraient les autochtones).

En périphérie de Los Angeles, alors que nous devons rejoindre Crystal Cove, au sud de Los Angeles (où se trouve notre camping), nous sommes confrontés à des embouteillages comme je n’en ai jamais vu auparavant : 10 voies embouchonnées, tranquillou. Grosses bagnoles + grosse ville = gros bouchons. Bienvenue à Los Angeles.

Je comprends que tout se fait en voiture dans cette ville absolument gigantesque et que ça va très vite me saouler. Je préfère être honnête avec vous, cela fait 3 ans que j’ai développé une micro allergie à la ville (la faute aux gens qui montent dans le tram sans attendre que les autres en soient descendus, j’en suis sûre) et je pense que Los Angeles concentre réellement tout ce que je déteste : des avenues longées par des fast food, une ville où les transports en commun ne sont qu’une douce utopie écolo et beaucoup beaucoup de hipsters.

Je comprendrais que vous ne soyez pas du tout d’accord avec ma vision un peu étriquée (je vous l’accorde) de Los Angeles mais n’y passant qu’une journée, c’est la seule vision que j’ai et qui m’a donné envie de ne jamais y remettre les pieds. On m’a dit que la ville méritait au moins 3 jours d’attention pour en déceler les trésors. Peut être mais comme je n’y reviendrai probablement jamais, impossible de le savoir… (Puis bon, entre nous, 3 jours pour commencer à entrevoir une once d’intérêt pour une ville, c’est 3 jours de perdus, question de point de vue)

Nous avons passé notre journée à rouler pour accéder à des points d’intérêt et pour galérer à trouver des places de stationnement pour le camping-car. Si nous devions refaire ce road-trip, nous couperions cette étape à Los Angeles pour creuser un peu du côté de Santa Cruz.

Bref, j’arrête de critiquer Los Angeles, vous allez finir par croire que mon blog est aux mains d’un lobby quelconque. (Par contre si le lobby de la bière venait à passer par ici, MANIFESTEZ-VOUS, je peux me laisser très facilement influencer.) (Je divague.).

Reprenons le récit de cette journée et demie.

Crystal Cove : le prix du répit

Après 7 heures de route, nous arrivons un peu vannés à notre camping du jour. Nous avions réservé dans un des seuls campings qui n’étaient pas en bord d’autoroute (les Américains adorent les campings en bord d’autoroute #sachezle) quitte à en payer le prix. C’est donc au camping pour camping-cars Crystal Cove que nous avons élu domicile, à Newport Beach (please) : 90$ la nuit (le camping de loin le plus cher de notre séjour mais à 3, ça passe, on va pas chipoter) et une douche payante mais une vue sur l’Océan Pacifique incroyable qui nous fait oublier la route de la journée.

On branche le camping-car, on file sur la plage en contrebas tremper nos pieds dans le Pacifique (délicieuse sensation, je vous le recommande) et profiter de l’air marin qui nous avait manqué. On savoure.

Nous terminons la journée avec notre traditionnel apéro à la bière locale. Face à un coucher de soleil splendide donnant sur l’océan Pacifique. Y a pas à dire, la Californie c’est quand même super cool. On est bien et on voudrait que ce moment dure toujours.

cyrstal cove los angeles
crystal cove newport beach
crystal cove coucher de soleil cyrstal cove los angeles
rv campground crystal cove
camoing car crystal cove
biere coucher de soleil californie

Los Angeles ou la journée du fail

Balboa Island

Le lendemain, nous souhaitons découvrir un peu Los Angeles. Nous savons que 24 heures sont beaucoup trop courtes pour s’imprégner de la ville mais la découverte de la Highway 1 et de Big Sur nous excitent beaucoup trop pour sacrifier quelques heures de nature au profit d’une mégalopole.

Nous quittons Newport Beach avec notre fidèle camping-car et décidons de rejoindre Balboa Island, petit quartier huppé entre Newport Beach et Downtown Los Angeles, avant de nous rendre à Venice Beach. Nous mettons plus d’une heure à rejoindre ce quartier qui nous semblait pourtant proche, c’était sans compter le trafic de Los Angeles. Conseil : ne jamais se fier aux temps de trajet indiqués sur le GPS dans la cité des anges (qui devrait être rebaptisée “La cité de l’enfer pour les véhicules motorisés”).

Les maisons typiques américaines sont adorables et la marina qui les entoure l’est tout autant, malgré la grisaille.

Un bon spot si vous désirez découvrir la douceur de vivre à la californienne (upper upper class).



Venice Beach

Nous reprenons la route en direction de l’incontournable Venice Beach en se disant “ce sera un endroit parfait pour déjeuner”, HAHAHAHAHAHA #teaser. Nous mettons également près de 2 heures à rejoindre Venice Beach depuis Balboa Island… (je ne vous raconte pas la galère pour trouver une place de stationnement gratuite à moins de 30 minutes à pied avec le camping-car, mission impossible).

Nous ferons le choix du parking payant (15$, ça pique) à 30 secondes à pieds de Venice Beach et en contrebas de l’iconique fresque du quartier. Le ciel s’est dégagé, on découvre les échoppes qui font la notoriété du site (comprenez : LES BOUTIQUES DE MARIJUANA) et on s’affaire à trouver un endroit sympa pour manger. Sauf que. Le quartier est victime d’une coupure d’électricité depuis quelques heures et tous les restaurants ainsi que beaucoup de boutiques ont fermé rideau.

Qu’est-ce qui nous a poussé à venir à Venice Beach le seul jour en 10 ans au cours duquel le quartier est victime d’une coupure d’électricité ? Le karma, sans aucun doute.

Mais on se laisse pas abattre même si on a le ventre creux (on est quand même en Californie, merde !), on profite du retour du soleil pour découvrir le quartier, sa plage, son skatepark et regarder les gens passer. Le quartier est plutôt cool, même sans électricité.

peinture venice beach los angeles skate los angeles vélo à venice beach shops venice beach los angeles hippie venice beahc los angeles peinture venice beach los angeles cannabis los angeles palmiers californie graffiti i love venice los angeles

On quitte Los Angeles en décidant d’arrêter les frais, nous avons perdu beaucoup trop de temps dans les bouchons pour que la ville nous donne envie de nous y attarder. Nous choisissons donc de ne pas aller sur Hollywood Bvd ni au Griffith Observatory. Nous sommes sans doute passés à côté de l’intérêt de Los Angeles, sans beaucoup de regret, je l’avoue.

Et comme dirait ma copine L’Autruche, “Los Angeles, c’est la route de Vannes avec des palmiers” (une private joke pour les nantais). Cela résume très bien ma perception de cette journée à Los Angeles. Illustration :

circulation los angeles

Nous décidons d’aller déjeuner au pier de Santa Monica, pour rattraper le fail de Venice Beach. Et puisqu’il y a des jours comme ça… Antoine rate la sortie de Santa Monica et prend la Highway 1 avec impossibilité de faire demi-tour. Encore râté.

On tente le tout pour le tout en se disant qu’on va tenter le déjeuner à Malibu en remontant vers Ventura, notre prochaine destination. Impossible d’accéder aux plages sans payer entre 15$ et 30$ la journée pour le stationnement, et même si nous ne sommes pas radins, on refuse de cautionner le paiement pour accéder aux plages, question de principe. On finit donc par se retrouver à manger un sandwich dans un simili centre commercial extérieur (dont les américains raffolent), en bordure de Malibu. On aurait peut être du payer pour accéder aux plage, finalement… La journée du fail, je vous dis.

On poursuit en cherchant un emplacement sympa pour s’arrêter en bord de route. On rate le seul emplacement accessible et on ne peut pas y retourner sans faire un demi-tour de 5 km. Le sort s’acharne, on a qu’à dire que c’est de la faute d’Antoine.

La californie est une frontière entre mer et terre le désert et la vie”. Ouai c’est ça ouai. T’as oublié les voitures, les bouchons et les plages payantes, Julien.

On décide d’arrêter les frais pour la dernière fois : direction le camping Koa que nous avons réservé à Santa Paula (très bien si vous désirez vous rendre aux Channel Islands depuis Ventura), où nous arrivons juste avant la nuit et espérons pouvoir faire une excursion à Channel Islands National Park le lendemain matin pour rattraper toutes les déceptions de la veille. Spoiler : on a pu faire une excursion à Channel Islands National Park le lendemain matin et rattraper toutes les déceptions de la veille. (Vous pouvez reprendre votre respiration)

Bref, vous comprendrez aisément que cette journée à Los Angeles et alentours ne nous ait pas laissé de souvenirs incroyables. Mais relativisons, une journée du fail à Los Angeles reste tout de même une journée de découvertes de la Californie en camping-car, et ça reste malgré tout loin d’être désagréable. (C’est beau ce que tu dis Béné)

Los Angeles ne m’a pas convaincue (et le fait d’y avoir passé moins de 24h y contribue sûrement) mais cela ne veut pas dire que vous n’aimerez pas. Je vous encourage évidemment à vous faire votre propre opinion, et à venir me convaincre d’y retourner dans les commentaires.

 

Lors de ce road-trip en camping-car en Californie, Authentik USA nous a prêté le véhicule et conseillé dans la préparation de notre itinéraire mais les choix rédactionnels me reviennent (dans le cas contraire, je n’aurais jamais publié cet article ! :D). Pour en savoir plus sur ce partenariat, n’hésitez pas à consulter ma parenthèse “Ethique et transparence” présente dans mon article de conseils pour bien préparer son road-trip en camping-car en Californie.

Written by

Bénédicte

30 ans. J'aime cuisiner, faire des gâteaux, boire de la bière, les crêpes, voyager, jardiner, chanter les chansons de Sufjan Stevens en yaourt et mon chien. Et toi ?

Comments

7 Comments
  1. posted by
    Amélie
    Juin 7, 2017 Reply

    Je te rejoins sur le point qui consiste à AUSSI partager les fails et les aspects négatifs d’un endroit (même si derrière certains peuvent s’enflammer parce qu’ils ne comprennent pas que tu n’ai pas aimé (rapport à mon article sur Copenhague où je dis fuir Christiana haha).

    On aimerait aller en Cali aussi cette année et perso, j’ai déjà rayer LA de la map, pas sur de vouloir m’y frotter. Contrairement à SF où on aimerait bien passer 4 jours 🙂

    • posted by
      Béné
      Juin 8, 2017 Reply

      @Amélie: Les aspects négatifs font autant partie du voyage que le reste, il n’y a donc aucune raison de les occulter, surtout lorsque nos lecteurs s’inspirent de nos conseils pour préparer leur voyage ! 🙂

      Je pense que soit tu peux rayer LA de ton itinéraire, soit tu y passes 3 jours, mais 24h sur place ne sont clairement pas suffisants ou sont en trop 🙂 C’est surtout une affaire de goût, tout dépend de tes centres d’intérêt mais je ne suis cinéphile donc la ville présentait peu d’intérêt pour moi ! 😉

  2. posted by
    Samsha
    Juin 8, 2017 Reply

    Une super aventure et de belles photos d’évasion!

  3. posted by
    Gaelle
    Juin 9, 2017 Reply

    La voila la nana qui va te vanter les merites de LA, c’est moi ! 🙂
    Je comprends ta deception parce que tu n’as pas vu la ville de la meilleure des facons. Deja en voiture c’est pas la joie de pouvoir se garer, ne parlons donc pas du camping car ! Apres pour ce qui est du traffic, forcement vu la ou tu allais tu as du prendre les arteres principales et du coup tu as vu ce qu’il y a de pire a voir. Peu de gens prennent les bouchons en compte dans l’organisation d’un road trip mais il faut pourtant bien y penser car on peut perdre des heures entieres a cause de ca. Et pour les parkings, encore un truc tres americain et tres LA. Pour le coup si tu m’avais demande je t’aurai prevenue (oui je sais, tu me connais pas tu pouvais pas savoir que je te previendrais haha).
    Au final j’ai l’impression qu’en dehors du boardwalk de Venice tu n’auras rien vu de la ville et c’est dommage parce que tu pars sur une mauvaise impression alors que LA c’est pas du tout ca. Tu parles de ne pas etre cinephile dans le commentaire precedent mais je te rassure, je ne le suis pas non plus et pourtant j’adore. La ville a plein de choses a proposer (ne serait-ce qu’a Venice, tu as rate les canaux alors que c’est un endroit typique et super sympa loin des touristes) mais tu n’es pas venue dans les meilleures conditions. Au final c’est pas plus mal que tu ne sois pas alle voir Hollywood Blvd parce que c’est clairement pas ca qui t’aurais fait aimer la ville au contraire ! Mais je te conseille de ne pas juger la ville sur cette etape que tu as pu faire, tu es venue 24h en camping car c’est juste LE truc a pas faire, LA est une ville ou il faut prendre le temps pour explorer autre chose que les cliches Hollywood et Beverly Hills, et il n’y a rien que de le faire a pied/en velo. Reviens, prends ton temps et tu verras je suis sure que tu pourras changer d’avis 😉

    • posted by
      Béné
      Juin 13, 2017 Reply

      @Gaelle: Salut Gaelle !
      Haha, et bien je t’avoue que tu as presque réussi à me convaincre ! Je ne sais pas si je referai une étape à LA un jour mais si j’en ai l’occasion, je me laisserai peut être tenter 😉

      Merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire détaillé et bonne journée !

  4. posted by
    Tomtom
    Août 26, 2017 Reply

    Hum nous avons passé un peu plus de 3 semaines en road trip dans l’ouest américain en camper van. Los Angeles en deux jours, 1er jour sympa! Normal c’était le bord de mer de Santa Monica à Venice Beach à pieds. Second jour le centre ville de LA et là, la grosse déception. Une ville triste, pauvre, à l’abandon dans de nombreuses rues. Hollywood boulevard en 15min expédié rien d’intéressant, le Griffith, comment dire… Des bouchons, en haut un grand n’importe quoi. Je vous rejoins totalement sur votre article!

  5. posted by
    Ephemeride
    Sep 27, 2017 Reply

    +1 pour redorer le blason de LA! Pour avoir séjourné à la fois à SF et LA (bon ok 3 jours vs 2mois et demi) je ne partage pas l’opinion de la majorité des français qui préfèrent de loin Frisco à la cité des anges.
    LA est une ville qui se vit et non loin des artères bouchées par les voitures commes les carotides des fumeurs par l’athérome, la ville se divise en une multitudes de quartiers qui vivent comme des villages. Certes ils ne sont pas tous plaisants (d’ailleurs je ne les ai pas tous visités, le job local exerçant une restriction temporelle forte sur ces 2 mois et demi) mais qui peut prétendre apprécier déambuler dans tous les arrondissements de Paris? Donc globalement, une fois les petites perles trouvées, on trouve la ville beaucoup plus accueillante…
    Je vous rejoins néanmoins sur un point : le parking est malaisé, mais bon, en deux mois et demi, je n’ai payé le parking qu’une seule fois (et les fois où j’étais illégalement garée il y avait toujours un aimable autochtone passant par là pour s’arrêter exprès, et me dire que je risquais une amende…)
    Voilà pour le plaidoyer!
    Merci pour votre blog qui est très riche et très intéressant, continuez! je rêve d’avoir le courage de faire de même…

Répondre à Tomtom Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *